Tous est dans la danse

Je danse comme un champion de bowling lorsque je voudrais être un champion de mini putt. Je suis brisé. Mon rêve n’est plus, ce rêve que je consomme dans mon crâne depuis plus de deux longues semaines remplies d’émotions virales dignes d’un téléthon bidon pour amasser des fonds afin de payer des célébrités qui se caressent le compte en banque en souriant de leurs plus belles dents taillées à la perfection par le chirurgien-dentiste du coin.

J’ai un rêve, celui de gagner un concours de danse amateur qui se déroule à la taverne du village. Je me vois déjà dans mon habit brodé de scintillantes paillettes dorées reflétant les lumières braquées sur mes mouvements les plus beaux les uns que les autres. J’ai déjà fait un coin dans mon salon pour y déposer le trophée que je vais gagner. Je vais pouvoir contempler jour après jour cette statuette qui sera l’aboutissement de la persévérance acharnée auquelle je travaille depuis plus de deux semaines.

Mais aujourd’hui, je suis brisé, car c’est Diane qui a remporté le prix, mon prix, toute ma vie en quelque sorte. Je regarde le coin de mon salon, mes yeux vides se braquent sur l’hôtel que j’avais préparé avec tant de douceur, de joie et d’espoir. En essuyant les larmes chaudes glissant sur mon visage et fessant partie de la quatrième étape du deuil, je me ressaisis. J’ai perdu cette bataille, mais je n’ai pas perdu la guerre. Oh, Diane, sache que je ne suis pas né de la dernière pluie.

Au prochain concours, je vais m’y prendre un bon trois semaines à l’avance.